Vous êtes ici : AccueilActualitésSanté

Subvention TB/VIH : Des échanges fructueux entre acteurs de mise en œuvre à l’orée du NFM3

Dans le cadre de la Subvention TB/VIH communautaire, l’Initiative privée et communautaire pour la Santé et la Riposte au VIH/Sida au Burkina Faso (IPC/BF) a tenu deux rencontres de concertation les 28 et 30 septembre 2020 respectivement à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou. Ces concertations avaient pour objet d’échanger avec les acteurs de mise en œuvre sur les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des activités en vue d’un meilleur montage de la prochaine subvention du Fonds mondial.

Ce fût la première fois que le bénéficiaire principal, les bénéficiaires secondaires, les organisations à base communautaire et les faîtières de la société civile en santé se rencontrent pour discuter de la mise en œuvre des activités du NFM2. Pour l’occasion, le territoire national a été scindé en deux parties. Les acteurs du Grand ouest (Cascades, Boucle du Mouhoun, Hauts-Bassins et Sud-Ouest) ont été réunis au Conseil supérieur de la Communication de Bobo-Dioulasso le 28 septembre et les acteurs du Centre, du Centre-Est, du Centre-Ouest, du Centre-Nord, de l’Est, du Nord, du Plateau central et du Sahel à la Maison de la Femme de Ouagadougou, le 30 septembre 2020.

Une vue partielle des participants de BoboA Bobo-Dioulasso tout comme à Ouagadougou, les concertations ont connu quatre axes majeurs. Après le mot d’ouverture prononcé par un représentant du Conseil d’Administration de l’IPC/BF (M. Geoffroy SAWADOGO, membre, à Bobo-Dioulasso, et M. Amado KONFE, Président, à Ouagadougou), le Coordonnateur du Comité technique du Suivi stratégique (CTSS) du CCM-Burkina, Dr Brice Evance ZOUNGRANA a présenté l’Instance de Coordination des Interventions du Fonds mondial au Burkina Faso, à sa suite le Chargé de Communication et Plaidoyer de l’IPC/BF, M. Jaunasse YARO a présenté le Bénéficiaire principal (BP). Le Directeur Exécutif de l’IPC/BF, Dr Adama OUEDRAOGO a présenté le bilan de la mise en œuvre de la subvention à la date du 31 décembre 2019 avant que ne suivent les échanges.

Dr Brice E. ZOUNGRANA présentant le CCM-BurkinaDe la présentation de Dr Brice E. ZOUNGRANA, on retient que le CCM-Burkina a été créé en 2002 et que sa mission est de fixer et déterminer les orientations stratégiques pour l’utilisation des ressources mises à la disposition du Burkina Faso. Quant à l’IPC/BF, on retient qu’elle a été créée en 1994 avec l’appui de l’Alliance internationale devenue Frontline Aids depuis février 2019. A ce jour, elle a exécuté plus de 800 projets et a offert des renforcements de capacité à plus de 400 organisations communautaires. Du bilan de la mise en œuvre de la subvention TB/VIH à la date du 31 janvier 2019, Dr Adama OUEDRAOGO dira que sa performance se situe entre 95% à 120%.  Néanmoins, la subvention a rencontré des insuffisances qui sont principalement liées au retard de financement vers les BS et vers les OBC et des ruptures d’intrants VIH sur le terrain.

Les échanges qui ont suivi ont porté sur la gestion des intrants, le budget de la subvention, le Référentiel des interventions communautaires, l’Assistance juridique, la capitalisation des données communautaires sur l’Entrepôt des données sanitaires, le renforcement des capacités des acteurs et leurs conditions de vie. Les discussions sur l’ensemble de ces questions ont permis de formuler des solutions consensuelles censées être défendues lors de l’élaboration et la négociation des nouvelles subventions.

Riposte à la covid-19 : L’IPC/BF porte le message auprès des communautés

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de son projet KORADUB, l’Initiative privée et communautaire pour la santé et la riposte au VIH/Sida a mené une campagne d’information et sensibilisation sur la Covid-19 dans les quartiers de Ouagadougou les 16, 17 et 19 septembre 2020. Objectif de la campagne, porter auprès des communautés l’information juste sur les modes de transmission de la maladie et les mesures de prévention.

C’est avec son partenaire, Association African Solidarité (AAS) que l’IPC/BF a mis en œuvre la campagne de sensibilisation. Ce partenaire a mobilisé son mini car et ses appareils de sonorisation et de projection. La campagne de sensibilisation consistait à :

  • projeter des films de sensibilisation ;
  • diffuser de la musique de sensibilisation ;
  • faire la démonstration du port du masque ;
  • faire la démonstration du lavage des mains ;
  • distribuer des caches nez et des masques faciaux.


Démonstration du port du cache nezLa première étape de la sensibilisation a eu lieu le 16 septembre 2020 dans le district de Nongremenson, à Ouagadougou. L’activité démarré à 19h avec une animation musicale. Cette animation a permis de mobiliser la population et a fait place à la diffusion d’un film et de messages de sensibilisation sur la Covid-19. C’est après séance que les démonstrations du lavage des mains et du port du masque ont été faites, suivie de la distribution des masques et caches nez. Les questions des participants ont porté sur le nombre de cas actifs, le nombre de décès, le traitement proposé et les modes de transmission du virus. Plus de deux cent personnes ont pris part à cette première étape.

Démonstration du lavage des mains au cours de la campagneLa deuxième étape a eu lieu le 17 septembre 2020 à partir de 19h 30 dans le district de Bogodogo, à Ouagadougou. Comme à la première étape, les animateurs ont commencé par une animation musicale, puis la diffusion de film et de messages de sensibilisation suivie de démonstrations de port du masque et du lavage des mains et enfin la distribution de masque. Ce jour, une soixantaine de personnes ont pris part à la séance. La même démarche de mobilisation a été suivie que lors de la première étape.

La troisième et dernière étape de la campagne a eu lieu le 19 septembre 2020 dans le district de Signoghin, toujours à Ouagadougou. Après la diffusion de films et messages de sensibilisation, les animateurs ont posé des questions aux participants pour s’assurer d’une bonne assimilation des messages diffusés. Environ deux cent cinquante personnes ont pris part à cette dernière étape.

Néanmoins quelques difficultés ont émaillé la campagne. Il s’agit notamment de la modicité des ressources mises à la disposition pour l’organisation de l’activité. En rappel, le KORADUB est un programme sous régional de l’Alliance nationale pour les communautés du Sénégal est le bénéficiaire principal. Le programme vise à améliorer l’accès à des services VIH et santé sexuelle et reproductive intégrés et de qualité pour les jeunes populations clés.

Riposte à la Covid-19: IPC/BF et EdM viennent au secours de 5 districts sanitaires

En réponse à l’appel à la mobilisation du Président du Faso dans le cadre de la riposte à la Covid-19, l’Initiative Privée et Communautaire pour la santé et la riposte au VIH/Sida au Burkina Faso et son partenaire Enfants du Monde suisse ont mobilisé des ressources pour venir en aide aux districts sanitaires de Tenkodogo, Koupéla, Zabré, Barsalogho et Mangodara.

Cent soixante-quatre millions cinq cent vingt mille (164 520 000) francs CFA, c’est la somme totale mobilisée par l’IPC/BF et son partenaire Enfants du Monde suisse pour venir en aide au Gouvernement du Burkina Faso dans la riposte à la Covid-19. L’appui est destiné en priorité aux cinq (05) districts sanitaires d’intervention du programme IFC que sont Barsalogho dans la région du Centre-Nord, Mangodara dans la région des Cascades, Tenkodogo, Koupéla et Zabré dans la région du Centre Est. Une première partie de ce don a été remise le 11 mai 2020 au Gouvernorat du Centre-Est. Cette tranche était composée de :

-        121 dispositifs de lavage de mains ;

-        1 920 flacons de gel hydro alcoolique ;

-        1 180 paquets de gants d’examen ;

-        18 870 masques de protection respiratoires dont 12 650 masques médicaux et 6 220 masques N95.

En outre 630 microprogrammes radiophoniques ont été diffusés en mooré, dioula, fulfuldé et bissa sur les Radio Horizon FM et Radio LPC dans la ville de Tenkodogo, Radio Manegda à Barsalogho, Radio Paglayiri à Zabré, Radio Munyu et Radio Catholique Terya à Banfora. Par ailleurs, 1240 affiches sur les mesures de prévention de la Covid-19 et de 1240 affiches sur la protection des femmes enceintes et les nouveaux contre la Covid-19 ont été conçus et diffusés dans les formations sanitaires des 5 districts sanitaires su cités.

Au regard de l’engouement suscité par les différents bénéficiaires, les deux partenaires ont encore mobilisé des ressources pour la remise de l’équivalent de ce don.

Promotion de la santé sexuelle et de la reproduction : L’ONG IPC lance un projet pilote

 

Tenkodogo a abrité le jeudi 3 novembre 2017, l’atelier de lancement du projet « Accélération de la réalisation des droits en matière de santé sexuelle et de la reproduction » au Burkina Faso. Organisé par l’association pour la réadaptation fonctionnelle (ARF) avec le soutien de l’Initiative privée et communautaire pour la santé et la riposte au vih au Burkina Faso (IPC/BF), cet atelier avait pour but de présenter ledit projet à l’ensemble des acteurs intervenant dans la promotion de la planification familiale ainsi que de la lutte contre le mariage forcé et précoce. La cérémonie a été présidée par Eugène Zongo, haut-commissaire de la province du Boulgou.

L’ambiance était à la fête en cette matinée du jeudi 03 novembre dans l’enceinte du haut-commissariat de la ville de Tenkodogo. Autorités administratives et coutumières, femmes et acteurs de la santé du chef-lieu de la région du centre-est étaient tous mobilisé pour être les témoins privilégiés d’un grand évènement. Cet évènement en question était la cérémonie de lancement du projet « Accélération de la réalisation des droits en matière de santé sexuelle et de la reproduction » au Burkina Faso. Ce projet, aux dires de Dr Adama Ouédraogo, directeur exécutif par intérim de l’IPC, découle de l’analyse des acquis du système de santé et des ONG/associations. « Malheureusement, dans la région du centre-est, les problèmes de mariages forcés, de mariages précoces et des mutilations génitales féminines restent d’actualité », s’est indigné le haut-commissaire de la province du Boulgou. C’est pourquoi, des mesures s’imposent afin de lutter contre ces tares et promouvoir les droits en matière de santé sexuelle et reproductive des femmes. C’est ce défi qu’entend relevé IPC à travers le présent projet.  Lors de cette cérémonie, les participants n’ont pas été avares en paroles et pour cause, après la présentation du projet par Dr Adama Ouédraogo, des questions de compréhension ont été posées. Le clou de la cérémonie a été la remise de matériel à l’équipe du projet. Il s’agit d’un lot de cinq (05) motos.

Gros plan sur le projet « Accélération de la réalisation des droits en matière de santé sexuelle et de la reproduction » au Burkina Faso

Ce projet conduit sous le leadership de l’ONG IPC sera mis en œuvre dans la commune de Tenkodogo par l’Association pour la réadaptation fonctionnelle (ARF). Couvrant la période 2017-2018, il a pour objectif de contribuer à l’amélioration des droits en matière de santé de la reproduction des jeunes, des adolescent (e) s et des femmes en vue de leur autonomisation socio-économique dans la région du Centre Est. Pour ce faire, il couvrira les formations sanitaires suivantes : Urbain 1, Urbain 2, Kampoaga, Sasma, Loanga,

Ounzéogo, Soumagou, et Saabtenga. Pour ce qui concerne les populations bénéficiaires, le projet entend toucher 1000 femmes et jeunes filles reparties en 97 groupements ainsi que leurs conjoints. L’équipe du projet en plus de ARF, chargée de coordonner les activités, est composée de cinq (05) sages-femmes. Affectueusement appelés « ma copine », ces sages-femmes sont chargés de la sensibilisation des populations cibles sur l’utilisation des méthodes contraceptives. Pour Dr Adama Ouédraogo, le choix du terme « ma copine » relève de la volonté de créer une grande proximité et une relation de confiance entre les sages-femmes et leurs « clientes ». Pour lui, au regard des sujets sensibles qui seront abordés dans le projet, pour que les femmes se confient aux sages-femmes, il faudrait qu’elles voient en elles, des amies, des sœurs et des filles. Dr Ouédraogo a donc exhorté la population et plus particulièrement les Hommes à venir en aide à ces « ma copine » à chaque fois qu’elles en auront besoin.

Ce projet a vu le jour grâce à l’appui technique et financier de l’UNFPA. Outre les sessions de sensibilisation sur l’utilisation des méthodes contraceptives, les femmes et les jeunes filles bénéficieront de sessions d’alphabétisation et de formation en entreprenariat. Ainsi, le Directeur par intérim de l’ONG IPC a affirmé que le projet ne développera pas un circuit parallèle, mais travaillera de concert avec entre autres le ministère de la santé et celui en charge de l’enseignement de base et de l’alphabétisation.

Les autorités de la commune s’engagent

On le sait bien, tout projet est voué à l’échec lorsque l’ensemble des acteurs ne parle pas d’une seule voix. Mais, on peut dire que pour cette fois-ci, les initiateurs du projet peuvent dormir tranquille : le projet a rencontré l’adhésion des plus hautes autorités de la commune. Ouédraogo Ali, secrétaire général de la province du Boulgou s’est dit satisfait sur le choix de la commune de Tenkodogo pour abriter le projet. A l’entendre, il ne fait aucun doute que ce projet permettra d’améliorer la santé des femmes, toute chose de nature à les rendrent autonome sur le plan économique. Pour finir, Monsieur Ouédraogo a exhorté l’ensemble des acteurs du développement de la commune ainsi que des populations bénéficiaires à apporter un soutien sans faille au projet afin qu’il soit une réussite. Même son de cloche chez les responsables coutumiers. En effet, pour leur part, les chefs traditionnels se sont dits prêt à accompagner la mise en œuvre du projet. Ainsi, ils exhortent les femmes et leurs conjoints à faciliter le travail des agents sur le terrain.

Par HAMED SIGUIBEOGO

inscription newsletter

Nombre de visiteurs : mon compteur