Vous êtes ici : AccueilActualitésVIH

Subvention TB/VIH communautaire : Les équipes techniques font le bilan des activités du premier semestre 2021

Dans le cadre de la mise en œuvre de la subvention TB VIH communautaire 2021-2023 du Fonds mondial, l’IPC/BF a organisé les 11 et 12 août 2021 à Ouagadougou, un atelier de validation des données du premier semestre 2021. L’objectif est d’analyser les données de cette période en présence des bénéficiaires secondaires, de l’Instance de Coordination nationale des subventions du Fonds mondial et des représentants des programmes nationaux de lutte contre le VIH et la tuberculose.  

 

Après six mois, les parties prenantes de la subvention TB/VIH communautaire  2021-2023 marquent une halte pour faire le bilan de la mise en œuvre des activités. 

L’IPC/BF en sa qualité de bénéficiaire principal et les bénéficiaires secondaires que sont AIDSETI, le CICDoc, l’URCB/SD et Kasabati ainsi que des représentants de structures publiques dont le SP CNLS-IST et le PNT ont pris connaissance des activités réalisées par chaque organisation au cours du premier semestre de 2021. Cet atelier a été l’occasion pour ces acteurs d’apprécier le niveau d’atteinte des indicateurs et d’analyser les forces, les faiblesses et les difficultés rencontrées.  

Dans l’ensemble, cette période enregistre un niveau satisfaisant d’atteinte des indicateurs contractuels. Le taux de décaissement au profit des BS et des OBC au premier semestre est de 100 %.                             

 Par ailleurs, au cours de cette période, les organisations ont rencontré quelques difficultés dans la mise en œuvre des activités. Il s’agit entre autres, du re-paramétrage de la base de données ENDOS qui a entrainé des difficultés de saisie et de validation des données dans les délais au niveau de certaines OBC, de l’enlèvement des intrants (Condoms et gels) non effectif chez certaines OBC dû au manque de ressources pour le transport ,de la non disponibilité des kits d’IST dans les centres médicaux communautaires au profit des populations clés et de la rupture des intrants chez certaines OBC au deuxième trimestre,  du fait de la non effectivité de l’intégration de ces OBC dans le système intégré de gestion de la logistique (SIGL).  

Pour faire face à la situation, les organisations ont proposé la poursuite des échanges avec la Direction des statistiques sectorielles pour l'amélioration et l’accessibilité de la plateforme ENDOS et de permettre aux OBC d’utiliser la ligne budgétaire «contribuer au fonctionnement» comme frais de transport pour l’enlèvement des intrants. En outre, les acteurs ont suggéré de mettre à la disposition des centres médicaux communautaires des kits d’IST pour les populations clés et de renforcer la communication auprès des directions régionales de la santé et des districts sanitaires, pour la prise en compte des OBC dans le circuit public d’approvisionnement. 

Mise en œuvre de la subvention TB/ VIH communautaire : le BP et les BS s’accordent

Dans le cadre la gestion de la subvention du Fonds mondial, l’IPC/BF, en sa qualité de Bénéficiaire Principal (BP ) a organisé le 02 juillet 2021 à Ouagadougou, une journée d'échanges, de formation et d’orientation entre les membres de son équipe technique Fonds mondial et ceux des  Bénéficiaires Secondaires (BS ), accompagnés de leurs Coordonnateurs. A travers une telle initiative, il s’est agi d’apporter des réponses aux difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des activités et d’harmoniser les compréhensions.  

 

Afin d’améliorer la mise en œuvre de la subvention TB /VIH communautaire les mécanismes de fonctionnement de l’IPC/BF et les principes de gestion des investissements du Fonds mondial ont été présentés aux membres de l’équipe techniques Fonds mondial du BP et des BS (CICDoc, Kasabati, URCB/SD, AIDSETTI), ainsi qu’aux Coordonnateurs de ces organisations.  

 A cet effet, le Coordonnateur Financier de l’IPC/BF, Jean ZONGO, s’est entretenu avec les participants sur la gestion financière et comptable. Il a rappelé dans ce sens quelques conseils pratiques indispensables au bon déroulement des activités.  L’Auditrice Interne, Bintou TIENDREBEOGO, a expliqué les mécanismes de fonctionnement du bénéficiaire principal, à travers le Manuel de procédures de gestion administrative, financière et comptable de l’IPC/BF et l’Audit interne de la subvention. Dans la même dynamique, la Coordonnatrice de l’Administration, des Ressources Humaines, des Achat et de la Logistique, Diane KABORE, a éclairé la lanterne des participants sur les procédures de passation des marchés.

Par ailleurs, les partenaires de la subvention ont été outillés sur les systèmes de contrôle interne et externe qui régissent la mise en œuvre des financements du Fonds mondial, à travers une présentation du Chef de mission de l’Agent de Gestion Fiduciaire, Jérôme DJOUGUELA TEKAM. Par la suite, le Directeur Exécutif de l’IPC/BF, Dr Adama OUEDRAOGO a présenté et commenté quelques dispositions du code de conduite des récipiendaires du partenaire financier.  

Suite à ces différentes communications, les participants ont exprimé des préoccupations portant essentiellement sur le déphasage entre les manuels de procédures du BP et des BS, la modification des budgets, la densité des organes de contrôle et la pratique ou conditionnalité des décaissements liés à la performance.

Des réponses apportées à ces préoccupations, l’on retient que le manuel de procédures de l’IPC/BF sert de référence en cas de contradiction avec celui d’un BS, du fait qu’il a été validé par le Fonds mondial. La lourdeur des procédures de l’IPC/BF contrairement à celles d’autres BP du FM est due au fait que le dispositif varie en fonction de l’organisation interne de chaque BP, selon qu’on soit du public ou du privé. Quant à la densité des organes de contrôle, elle s’explique par la volonté du partenaire financier de minimiser les risques. Cependant, au regard de la périodicité des sorties de ces organes, il ressort que les BS doivent être en mesure de s’y adapter. En ce qui concerne la modification des budgets, l’on note que les budgets approuvés ne peuvent être modifiés, sauf au décours d’une reprogrammation après au moins une année de mise en œuvre et cela avec l’approbation du Fonds. Il est à noter également que la pratique ou conditionnalités des décaissements liés à la performance n’est pas d’emblée synonyme de sanction, mais une invite à tenir compte des difficultés rencontrées et à mettre en œuvre des actions de mitigation.

Au regard des réalités vécues, les partenaires de la subvention TB/VIH communautaire ont convenu de documenter les difficultés rencontrées dans la budgétisation des activités, en vue d’une analyse profonde et d’une proposition de solutions éventuellement lors de la replanification en 2022.

inscription newsletter

Nombre de visiteurs : mon compteur