Vous êtes ici : AccueilActualitésVIH


Initiée par l’Organisation Mondiale de la Santé en 1988, la Journée Mondiale de lutte contre le VIH/SIDA (JMS) est approuvée par l’Organisation des Nations Unies pour se tenir chaque 1er décembre, avec pour objectif de réunir l’ensemble des acteurs, afin de dresser un bilan du parcours et construire de nouvelles stratégies.


Au pays des hommes intègres, cette journée revêt une importance capitale, vue l’engouement des plus hautes autorités politiques, administratives, religieuses et coutumières, des partenaires au développement, ainsi que la société civile. L’édition 2013, tenue à PAMA dans la région du Centre Est avait pour thème « Objectif ZERO (0) », pour signifier 0 nouvelle infection, 0 stigmatisation et 0 décès lié au Sida.
Au cours de la cérémonie officielle présidée par Léné SEBGO, Ministre de la Santé, la nation burkinabé a rendu un vibrant hommage à certains acteurs pour leurs initiatives et leur engagement dans la réponse face au fléau, en les élevant au rang de Chevaliers de l’Ordre Nationale. Parmi ceux-ci, l’Alliance Internationale de lutte contre le VIH SIDA, représentée par Monsieur Paul SAGNA, conseiller principal pour la région Afrique de l’Ouest, du Centre et du Nord. Pour lui, la JMS est un rendez-vous de bilan, de réflexion, de prise de grandes décisions et surtout d’espérance pour l’ensemble des acteurs de la lutte.
En effet, depuis 20 ans d’existence, l’Alliance s’est déployée dans 40 pays du monde, sur 4 continents, et a su gagner en maturité et en crédibilité. Le secret de cette réussite est fondé sur une politique de  mobilisation des communautés à la base et une vision soutenue par la coopération Sud Sud.
Le soutien communautaire de l’Alliance se fait via des pôles  régionaux représentés  par des Organisations de la Société Civile. Le pôle régional Afrique de l’Ouest,  l’ONG InitiativePrivée et Communautaire  contre le VIH/SIDA au Burkina Faso (IPC/BF). Structure d’appui et d’accompagnement, IPC/ BF s’est, depuis 20 ans aussi engagé aux côtés des populations, dans la lutte contre le fléau, à travers la sensibilisation et le renforcement de capacités techniques et financières.
A la question de savoir le sens que portait cette décoration pour l’Alliance Internationale, son émissaire Monsieur Paul SAGNA confie que cela représente à la fois un honneur, mais avant tout un stimulus et un défi auquel le Directeur Exécutif de l’organisation lui-même n’est pas indifférent. D’où la présence effective d’un membre de la structure à la cérémonie  pour rendre le respect dû aux autorités burkinabé et à IPC/BF. Par ailleurs, il estime que cette distinction revient de droit à IPC/BF, organisation de liaison de l’Alliance Internationale, qui a su traduire avec passion et professionnalisme, les idéaux de la mobilisation communautaire, véritable levier de la réponse contre le VIH/SIDA.

         Homme politique des plus célèbres, incarnation de la lutte pour la paix et l’égalité entre les hommes, son nom, à lui seul représente un empire, un l’idéal de la nature humaine que l’humanité ait rarement connu. Prix Nobel de la paix Nelson Mandela était une figure majeure dans la lutte contre le sida.


De son vivant, des hommes et des institutions, lui ont rendu les hommages dus à son engagement pour la dignité humaine. Parmi ses nombreuses luttes, on ne saurait ignorer sa large contribution à la mise en place d'une réponse efficace et moderne au problème du sida. Il a brisé la loi du silence et a donné l'espoir d'un monde où tous vivraient dans la dignité.
En 2000, lors de la Conférence Internationale sur le sida, il retient l’attention des participants en alertant sur la tragique expansion du virus en Afrique sub-saharienne. De cette conférence, la communauté internationale se souvient du vibrant appel lancé à tous les présidents africains afin qu’ils se mobilisent contre cette maladie.
Depuis lors, la transmission de la maladie de la mère à l’enfant et l'accès aux antirétroviraux sont presque immédiatement devenus des priorités.

Fidèle à ses convictions et repoussant les limites de son engagement contre la peur et la discrimination, il émerveille le monde en révélant au monde entier que son fils était mort du sida.
Destin ou ironie du sort, la disparition de Mandela la veille de la plus grande rencontre africaine pour la lutte contre le sida interpelle l’ensemble des acteurs à redoubler non seulement d’efforts, mais aussi et surtout à conserver, à capitaliser et à transmettre aux générations futures, l’héritage chèrement acquis qu’il a laissé à l’humanité.

Agenda / Annonce

inscription newsletter

Nombre de visiteurs : mon compteur