Vous êtes ici : AccueilActualitésIPC

Atelier de validation des données du premier trimestre de l’année 2023 de la subvention 2021-2023 du fonds mondial

 L’Initiative Privée et Communautaire pour la santé et la riposte au VIH/Sida (IPC/BF) dans le cadre de la mise en œuvre de la subvention communautaire Tuberculose/VIH 2021-2023 (BFA-C-IPC 1993) du Burkina Faso du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, a organisé du 8 au 9 juin 2023 à Ouagadougou, un atelier de validation des données du premier trimestre (T1) 2023 de ladite subvention.

Cet atelier a réuni une vingtaine de personnes composée essentiellement des membres des équipes techniques des Bénéficiaires secondaires (BS) et du Bénéficiaire principal (BP) que sont les chargés de programme, les responsables de suivi/évaluation et les financiers. Le Directeur Exécutif de l’IPC/BF, Dr Adama Ouédraogo, dans son mot de bienvenue a salué la présence des membres des BS et particulièrement la présence du Directeur Exécutif de l’URCB/SD. Il a rappelé l’importance de cet atelier de validation avant de féliciter tous les acteurs de mise en œuvre de la subvention pour les performances enregistrées et les défis relevés.

Une excellente performance pour l’IPC/BF

Chaque semestre, le Fonds mondial évalue les résultats de la subvention BFA-C-IPC 1993 pour la lutte contre le VIH et la Tuberculose au terme d’un examen du rapport de progrès fourni par l’IPC/BF pour établir la performance programmatique ainsi que la performance financière. Le Directeur Exécutif a saisi cette occasion pour présenter la lettre de performance programmatique du deuxième semestre 2022 et la performance financière de l’année 2022 de ladite subvention reçue du Fonds Mondial (FM). Cette lettre exprime les vives félicitations du Fonds mondial au récipiendaire principal IPC/BF et à ses partenaires pour les résultats excellents engrangés en 2022. En ce qui concerne les insuffisances notées et les défis à relever, le Directeur Exécutif a promis que l’IPC/BF travaillera de concert avec les BS pour résoudre lesdites insuffisances et apporter des réponses aux recommandations émises par le Secrétariat du Fonds mondial.

Bilan du premier trimestre 2023

Les quatre BS (AIDSETI, KASABATI, CICDoc et URCB/SD) se sont succédés pour présenter leurs rapports de progrès du 1er janvier au 31 mars 2023. Ces présentations ont permis de relever les forces, faiblesses et difficultés rencontrées au cours de la mise en œuvre des activités de la période, objet du rapportage. Des suggestions et recommandations ont été émises pour améliorer le rapport final et l’exécution des activités. En prélude à cet atelier, des sorties de supervision intégrée ont été organisées du 1er au 7 juin afin d’apprécier l’état de mise en œuvre des activités et d’exécution budgétaire du 1er trimestre 2023, d’échanger sur les difficultés rencontrées par les acteurs (BS et OBC) et de renforcer leurs capacités dans la mise en œuvre des activités.

En rappel, l’Initiative Privée et Communautaire pour la santé et la riposte au VIH/sida au Burkina Faso (IPC/BF) est le Bénéficiaire principal (BP) de la Société civile dans le cadre de la mise en œuvre des activités communautaires Tuberculose et VIH/Sida (TB/VIH) du nouveau mécanisme de financement du Fonds mondial N°3 (NFM3). Le BP est chargé de (i) mettre en œuvre le programme en vue d’atteindre les buts et les objectifs de la proposition ; (ii) d’assurer la gestion administrative, financière et comptable de la subvention ; (iii) de décaisser les fonds comme il convient à tous les sous-récipiendaires (BS et OBC) ; (iv) de suivre les progrès en direction des objectifs du programme, les évaluer et communiquer l’information au Fonds mondial et à l’instance de coordination nationale. Cent-onze (111) organisations à base communautaire (OBC) et quarante (40) Centres de dépistage volontaire du VIH (CDV) mettent en œuvre les activités opérationnelles de la subvention. Quatre (4) bénéficiaires secondaires (BS) (AIDSETI, URCB/SD, CICDoc et Kasabati) sont les structures qui supervisent les membres des équipes techniques des OBC.

 

 

 

Santé maternelle néonatale et infantile (SMNI)

Un Diagnostic Communautaire Participatif (DCP) pour planifier avec la communauté des actions d’amélioration de la santé des femmes et des enfants.

L’équipe cadre du district (ECD) sanitaire de Koupéla avec l’appui de la Direction de la Santé de la Famille (DSF), de l’Initiative Privée et Communautaire pour la santé et la riposte au VIH/Sida (IPC/BF) et de Enfants du Monde Suisse (EdM), a organisé du 29 mai au 9 juin 2023 à Koupéla un Diagnostic communautaire participatif (DCP) de la Santé maternelle néonatale et infantile (SMNI). L’objectif était d’analyser la situation de la SMNI avec la communauté, d’identifier les problèmes, de proposer des solutions et stratégies pour améliorer la santé des femmes enceintes, des mères, des nouveau-nés et des enfants de moins de cinq ans dans l’aire du district sanitaire de Koupéla.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le profil sanitaire du Burkina Faso reste encore préoccupant pour la mère et l’enfant. Malgré la tendance à la baisse des chiffres de la mortalité maternelle et néonatale, des défis restent encore à relever par le gouvernement et l’ensemble des acteurs pour préserver la santé et la vie des femmes et des enfants.  C’est dans ce sens que le district sanitaire de Koupéla a procédé à la réalisation d’un diagnostic communautaire participatif à l’instar des districts sanitaires de Tenkodogo et de Zabré. Le DCP s’est déroulé sous forme d’exposés suivis de discussions, de travaux de groupes et de restitution en plénière. Plusieurs réunions communautaires ont été organisées à savoir une première réunion avec les élèves de CM1 de deux écoles, une deuxième réunion avec les femmes en âge de procréer et les époux, une troisième réunion avec les leaders communautaires et enfin, une réunion de validation des rapports des réunions communautaires avec les autorités provinciales, les partenaires techniques et financiers, les décideurs au niveau local et national. 

De l’exposé sur la situation de la santé maternelle, néonatale et infantile du DS de Koupéla présenté par le Médecin chef, Dr Cheick Omar Sawadogo, il ressort que les indicateurs de la santé maternelle, la santé des nouveau-nés et des enfants de moins de cinq ans ont connu une grande amélioration entre 2019 et 2022 dans le district sanitaire (DS) de Koupéla. Néanmoins beaucoup d’efforts restent à consentir. « … En effet, notre district sanitaire enregistre actuellement une faible couverture en consultation prénatale (CPN), la persistance d’accouchement à domicile, un nombre élevé de nouveaux cas du paludisme grave chez les femmes enceintes et chez les enfants de moins de 05 ans. Aussi, les décès maternels, les morts nés, les décès néonatals et les cas de malnutrition aiguë y sont toujours d’actualité » a-t-il laissé entendre.

En prélude au DCP, des réunions d’information et de préparation ont été organisées avec l’équipe cadre du district sanitaire (ECD). Le DCP s’est déroulé autour de six (6) grands thèmes à savoir  (i) les pratiques et soins des femmes et des enfants  de moins de 5 ans à domicile ;  (ii) l’alimentation de la femme enceinte, de l’accouchée, du nouveau-né et de l’enfant de moins de cinq ans ; , (iii) les recours aux soins  et la préparation à l’accouchement et aux urgences;  (v) les connaissances des droits, besoins et problèmes de la femme enceinte, du nouveau-né et de l’enfant de moins de 5 ans ;   (v) les liens entre les familles et les communautés en matière de SMNI  et (vi) la qualité des soins et des services de santé. Une dizaine d’animateurs ont accompagné la réalisation des différentes réunions du DCP qui se sont faites en langue locale mooré, langue parlée par la majorité des participants.


A la fin du DCP, les organisateurs se disent satisfaits du dynamisme et de la participation active de la communauté. Les problèmes et solutions identifiés par la communauté, sur la santé des femmes enceintes, des mères, des nouveaux nés et des enfants de moins de cinq ans, ont été présentés lors de la réunion de validation avec les autorités locales, présidée par Madame Aissata Angélina Traoré, Haut-commissaire de la province du Kouritenga.  Du côté des participants, c’est également un sentiment de satisfaction qui les anime. Ils étaient très heureux de leur implication dans l’identification des problèmes et des stratégies de résolution des problèmes vécus par leurs femmes et leurs enfants.  Les résultats du DCP seront diffusés lors des différents cadres de concertation et serviront de plaidoyer pour un meilleur financement des activités.

« Faire pour nous et sans nous, c'est faire contre nous », cette citation de Nelson Mandela illustre parfaitement la prise en compte de l’intelligence endogène dans le processus du DCP.

 

Bonne fête de Ramadan

Joyeuses Pâques 2023

inscription newsletter

Nombre de visiteurs : mon compteur